Nouvelles recettes

Wendy's : les efforts de redressement prennent racine

Wendy's : les efforts de redressement prennent racine

Les efforts de redressement de la société Wendy's semblaient se concrétiser au deuxième trimestre, et la société prévoit d'accélérer les efforts de rénovation l'année prochaine, car les unités « nouveau look » affichent une augmentation des ventes pouvant atteindre 25 %, a annoncé jeudi la société.

Pour le deuxième trimestre clos le 1er juillet, Wendy's a déclaré une perte de 5,5 millions de dollars, ou une perte de 1 cent par action, par rapport à un revenu de 11,3 millions de dollars, ou 3 cents par action, l'an dernier, principalement en raison d'un montant avant impôts de 25,2 millions de dollars charge de l'extinction anticipée de la dette.

Cependant, les revenus consolidés ont augmenté de 3,8 % pour atteindre 645,9 millions de dollars pour le trimestre, et les unités exploitées par la société en Amérique du Nord et les magasins franchisés, respectivement, ont généré une augmentation des ventes des magasins comparables de 3,2 %, ce qui représente le cinquième trimestre consécutif d'augmentations des ventes comparables.

La hausse des ventes des magasins comparables a été encore meilleure que l'augmentation de 3 % prévue lors d'une conférence d'analystes plus tôt cette année. L'augmentation a également contribué à l'augmentation des marges des sites exploités par l'entreprise de 14,1 % pour le trimestre, contre 13,9 % l'année dernière, bien que cette augmentation ait été quelque peu compensée par des coûts de main-d'œuvre plus élevés alors que la chaîne investit dans l'amélioration du service client avec le nouveau « My Wendy's ", former les employés à être plus amicaux, accueillir tous les invités, faire preuve de fierté et d'autres attributs.

Les améliorations du service font partie de la stratégie de positionnement de la marque « A Cut Above » en cours de Wendy, qui comprend l'innovation des menus, la réduction des coûts, l'expansion des tranches horaires et la croissance des restaurants.

Une pierre angulaire de l'effort, cependant, a été la campagne de réimagerie de Wendy, qui a commencé l'année dernière.

Emil Brolick, directeur général de Wendy's, a déclaré que 10 nouveaux restaurants prototypes ouverts en 2011 ont affiché une augmentation moyenne soutenue des ventes de 25 %, et que la société passe à la vitesse supérieure, avec des plans pour ouvrir 50 restaurants rénovés cette année, ainsi que 17 autres nouveaux construit avec le design le plus contemporain.

En 2013, ce nombre augmentera. L'entreprise prévoit de rénover 100 emplacements et d'en ouvrir 20 autres avec le nouveau look. 100 autres emplacements franchisés sont prévus pour le remodelage.

D'ici 2015, Brolick s'attend à ce qu'environ la moitié, ou 750, des restaurants exploités par l'entreprise de la chaîne aient le nouveau design.

La réimagerie se décline en trois options, ou niveaux, avec l'augmentation de 25 % observée parmi les unités avec la refonte de niveau I, la plus complète. Le niveau II a tendance à générer une augmentation de 15 % et le niveau III une augmentation des ventes de 5 %.

Brolick a déclaré que les promotions de fin de soirée lancées autour du Memorial Day ont contribué à augmenter les ventes au cours de cette partie de la journée d'environ 7 %.

Le petit déjeuner, cependant, reste un défi. La société a commencé à tester un programme de petit-déjeuner en 2006 qui a connu plusieurs itérations. Brolick a déclaré que la tranche horaire ne montre toujours pas les résultats économiques souhaités et que les travaux se poursuivront.

"Nous voulons notre part de l'activité [du petit-déjeuner], mais ce doit être une part rentable", a-t-il déclaré.

Wendy's poursuit également ses efforts pour développer sa part de marché auprès des consommateurs hispaniques, ce que Brolick considère comme une opportunité.

Les efforts de marketing de la chaîne en général trouvent un écho auprès des invités, a déclaré Brolick, y compris des publicités mettant en vedette Wendy Thomas, la fille du fondateur Dave Thomas, ainsi qu'une actrice rousse connue sous le nom de "Red".

En juillet, la chaîne a lancé une nouvelle application mobile qui aide les clients à planifier un repas avec un certain nombre de calories. Brolick a déclaré que l'application comptait déjà 26 000 utilisateurs.

La hausse des coûts des produits de base reste également un défi, a déclaré la société. Un certain allégement des coûts du bœuf est attendu pour le reste de l'année, car le prix du bœuf haché baisse avec plus de bovins envoyés à l'abattoir en raison de la sécheresse dans le Midwest et de la baisse de la demande en raison de la controverse sur la « boue rose » plus tôt cette année. . Mais les prix du bœuf devraient augmenter l'année prochaine en raison de la liquidation des troupeaux, ce qui pourrait avoir un impact à long terme.

Wendy's, basée à Dublin, dans l'Ohio, exploitait ou franchissait 6 547 emplacements à la fin du deuxième trimestre, dont 1 425 emplacements appartenant à l'entreprise. Au cours du trimestre, la société a fermé 19 restaurants sous-performants et les franchisés en ont fermé 28.

Contactez Lisa Jennings à [email protected]
Suivez-la sur Twitter : @livetodineout


La poussée de transformation de Wendy commence à prendre racine

DOSSIER - Cette photo d'archive non datée fournie par Wendy's Co. montre l'intérieur d'un restaurant rénové. La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs. La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée. Wendy's Co., Dossier, Associated Press

NEW YORK — La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs.

La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée.

Les ventes dans les restaurants ouverts au moins 15 mois sont un indicateur clé car elles éliminent l'impact des emplacements nouvellement ouverts et fermés.

Wendy's a déclaré que l'augmentation était due à l'augmentation des dépenses par visite, ce qui est conforme à son objectif à long terme d'inciter les clients à payer plus pour des aliments de meilleure qualité. Mais les dirigeants ont noté lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la société avait encore un long chemin à parcourir. Les efforts de redressement interviennent également à un moment où la concurrence s'intensifie et où l'économie reste faible.

Pour se présenter comme une chaîne de restauration rapide plus haut de gamme, Wendy's investit massivement pour donner à ses restaurants un aspect plus frais. Au cours des trois prochaines années, la moitié des emplacements appartenant à l'entreprise seront rénovés avec un nouveau style aéré qui comprend des fauteuils en cuir, des téléviseurs à écran plat et des reflets métalliques.

Le PDG Emil Brolick a déclaré que les rénovations - qui coûteront 80 millions de dollars cette année - sont essentielles car elles "améliorent toutes les dimensions de l'expérience Wendy's". Il a noté que les restaurants qui ont été rénovés l'année dernière ont bénéficié d'une augmentation de 25 pour cent des ventes.

Pour justifier ses prix plus élevés et fidéliser, Wendy's travaille également à l'amélioration du service client. De plus, Brolick a noté que la chaîne devra proposer un pipeline constant d'offres attrayantes à durée limitée pour fidéliser les clients.

Après des années de ventes médiocres et d'érosion des parts de marché, Wendy's a embauché Brolick en septembre dernier et s'est depuis donné pour mission de relancer son activité. La poussée a rencontré un problème au début du premier trimestre, lorsque la société a déclaré que son marketing "Vous savez quand c'est réel" n'a pas résonné aussi fortement que ses concurrents et que les ventes ont été plus faibles que prévu. La société a promis à l'époque de faire des ajustements.

Au cours du dernier trimestre, Wendy's a déclaré que sa nouvelle campagne publicitaire à deux volets avait contribué à stimuler les ventes. Les publicités télévisées mettent en vedette une jeune femme rousse appelée en interne dans l'entreprise sous le nom de « Red », qui encourage les clients à découvrir les aliments d'une qualité surprenante chez Wendy's.

D'autres publicités mettant en vedette la vraie Wendy Thomas, la fille du fondateur Dave Thomas, visent à souligner les racines de l'entreprise et sont diffusées moins fréquemment.

Citant ses performances de ventes au deuxième trimestre, Wendy's a maintenu ses perspectives pour l'année, avec un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ou EBITDA, des activités poursuivies allant de 320 millions de dollars à 335 millions de dollars. Wendy's a déclaré qu'elle visait toujours un taux de croissance moyen de l'EBITDA ajusté dans la fourchette haute à un chiffre à faible à deux chiffres à partir de l'année prochaine.

La société a déclaré qu'elle s'attend à ce que les coûts du bœuf diminuent pour le reste de l'année, en raison de la sécheresse qui a fait grimper les prix des céréales et incité les agriculteurs à vendre le bétail qu'ils ne peuvent plus se permettre de nourrir.

Après cela, cependant, Wendy's s'attend à ce que les coûts du bœuf rebondissent et continuent de faire pression sur les marges. Le bœuf et le poulet représentent chacun environ 20 pour cent des coûts des produits de base de l'entreprise.

Pour le trimestre, Wendy's a déclaré avoir perdu de l'argent en raison des coûts de refinancement de sa dette et des charges de dépréciation liées à la consolidation de son activité de soutien à la restauration.

Pour les trois mois clos le 1er juillet, Wendy's a déclaré avoir perdu 5,5 millions de dollars, soit un centime par action. Cela se compare à un bénéfice de 11,3 millions de dollars, ou 3 cents par action, il y a un an.

Hors éléments ponctuels, Wendy's a gagné 5 cents par action, conformément aux attentes.

Le chiffre d'affaires a atteint 645,9 millions de dollars, en hausse de 4 % par rapport à il y a un an, mais en deçà des 647,9 millions de dollars attendus par les analystes.

La marge bénéficiaire des restaurants exploités par l'entreprise au cours du trimestre s'est améliorée à 14,1 pour cent, contre 13,9 pour cent, en raison de ventes plus élevées et de la vente d'articles plus rentables. L'augmentation a été compensée par des coûts de main-d'œuvre plus élevés, résultat de ses efforts pour améliorer le service à la clientèle.

Les actions de Wendy étaient stables à 4,54 $ en début d'après-midi. L'entreprise compte plus de 6 500 restaurants, principalement en Amérique du Nord.


La poussée de transformation de Wendy commence à prendre racine

DOSSIER - Cette photo d'archive non datée fournie par Wendy's Co. montre l'intérieur d'un restaurant rénové. La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs. La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée. Wendy's Co., Dossier, Associated Press

NEW YORK – La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs.

La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée.

Les ventes dans les restaurants ouverts au moins 15 mois sont un indicateur clé car elles éliminent l'impact des emplacements nouvellement ouverts et fermés.

Wendy's a déclaré que l'augmentation était due à l'augmentation des dépenses par visite, ce qui est conforme à son objectif à long terme d'inciter les clients à payer plus pour des aliments de meilleure qualité. Mais les dirigeants ont noté lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la société avait encore un long chemin à parcourir. Les efforts de redressement interviennent également à un moment où la concurrence s'intensifie et où l'économie reste faible.

Pour se présenter comme une chaîne de restauration rapide plus haut de gamme, Wendy's investit massivement pour donner à ses restaurants un aspect plus frais. Au cours des trois prochaines années, la moitié des emplacements appartenant à l'entreprise seront rénovés avec un nouveau style aéré qui comprend des fauteuils en cuir, des téléviseurs à écran plat et des reflets métalliques.

Le PDG Emil Brolick a déclaré que les rénovations - qui coûteront 80 millions de dollars cette année - sont essentielles car elles "améliorent toutes les dimensions de l'expérience Wendy's". Il a noté que les restaurants qui ont été rénovés l'année dernière ont bénéficié d'une augmentation de 25 pour cent des ventes.

Pour justifier ses prix plus élevés et fidéliser, Wendy's travaille également à l'amélioration du service client. De plus, Brolick a noté que la chaîne devra proposer un pipeline constant d'offres attrayantes à durée limitée pour fidéliser les clients.

Après des années de ventes médiocres et d'érosion des parts de marché, Wendy's a embauché Brolick en septembre dernier et s'est depuis donné pour mission de relancer son activité. La poussée a rencontré un problème au début du premier trimestre, lorsque la société a déclaré que son marketing "Vous savez quand c'est réel" n'a pas résonné aussi fortement que ses concurrents et que les ventes ont été plus faibles que prévu. La société a promis à l'époque de faire des ajustements.

Au cours du dernier trimestre, Wendy's a déclaré que sa nouvelle campagne publicitaire à deux volets avait contribué à stimuler les ventes. Les publicités télévisées mettent en vedette une jeune femme rousse appelée en interne dans l'entreprise sous le nom de « Red », qui encourage les clients à découvrir les aliments d'une qualité surprenante chez Wendy's.

D'autres publicités mettant en vedette la vraie Wendy Thomas, la fille du fondateur Dave Thomas, visent à souligner les racines de l'entreprise et sont diffusées moins fréquemment.

Citant ses performances de ventes au deuxième trimestre, Wendy's a maintenu ses perspectives pour l'année, avec un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ou BAIIA, des activités poursuivies allant de 320 millions de dollars à 335 millions de dollars. Wendy's a déclaré qu'elle visait toujours un taux de croissance moyen de l'EBITDA ajusté dans la fourchette haute à un chiffre à faible à deux chiffres à partir de l'année prochaine.

La société a déclaré qu'elle s'attend à ce que les coûts du bœuf diminuent pour le reste de l'année, en raison de la sécheresse qui a fait grimper les prix des céréales et incité les agriculteurs à vendre le bétail qu'ils ne peuvent plus se permettre de nourrir.

Après cela, cependant, Wendy's s'attend à ce que les coûts du bœuf rebondissent et continuent de faire pression sur les marges. Le bœuf et le poulet représentent chacun environ 20 pour cent des coûts des produits de base de l'entreprise.

Pour le trimestre, Wendy's a déclaré avoir perdu de l'argent en raison des coûts de refinancement de sa dette et des charges de dépréciation liées à la consolidation de son activité de soutien à la restauration.

Pour les trois mois clos le 1er juillet, Wendy's a déclaré avoir perdu 5,5 millions de dollars, soit un centime par action. Cela se compare à un bénéfice de 11,3 millions de dollars, ou 3 cents par action, il y a un an.

Hors éléments ponctuels, Wendy's a gagné 5 cents par action, conformément aux attentes.

Le chiffre d'affaires a atteint 645,9 millions de dollars, en hausse de 4 % par rapport à il y a un an, mais en deçà des 647,9 millions de dollars attendus par les analystes.

La marge bénéficiaire des restaurants exploités par l'entreprise au cours du trimestre s'est améliorée à 14,1 pour cent, contre 13,9 pour cent, en raison de ventes plus élevées et de la vente d'articles plus rentables. L'augmentation a été compensée par des coûts de main-d'œuvre plus élevés, résultat de ses efforts pour améliorer le service à la clientèle.

Les actions de Wendy étaient stables à 4,54 $ en début d'après-midi. L'entreprise compte plus de 6 500 restaurants, principalement en Amérique du Nord.


La poussée de transformation de Wendy commence à prendre racine

DOSSIER - Cette photo d'archive non datée fournie par Wendy's Co. montre l'intérieur d'un restaurant rénové. La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs. La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée. Wendy's Co., Dossier, Associated Press

NEW YORK – La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs.

La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée.

Les ventes dans les restaurants ouverts au moins 15 mois sont un indicateur clé car elles éliminent l'impact des emplacements nouvellement ouverts et fermés.

Wendy's a déclaré que l'augmentation était due à l'augmentation des dépenses par visite, ce qui est conforme à son objectif à long terme d'inciter les clients à payer plus pour des aliments de meilleure qualité. Mais les dirigeants ont noté lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la société avait encore un long chemin à parcourir. Les efforts de redressement interviennent également à un moment où la concurrence s'intensifie et où l'économie reste faible.

Pour se présenter comme une chaîne de restauration rapide plus haut de gamme, Wendy's investit massivement pour donner à ses restaurants un aspect plus frais. Au cours des trois prochaines années, la moitié des emplacements appartenant à l'entreprise seront rénovés avec un nouveau style aéré qui comprend des fauteuils en cuir, des téléviseurs à écran plat et des reflets métalliques.

Le PDG Emil Brolick a déclaré que les rénovations - qui coûteront 80 millions de dollars cette année - sont essentielles car elles "améliorent toutes les dimensions de l'expérience Wendy's". Il a noté que les restaurants qui ont été rénovés l'année dernière ont bénéficié d'une augmentation de 25 pour cent des ventes.

Pour justifier ses prix plus élevés et fidéliser, Wendy's travaille également à l'amélioration du service client. De plus, Brolick a noté que la chaîne devra proposer un pipeline constant d'offres attrayantes à durée limitée pour fidéliser les clients.

Après des années de ventes médiocres et d'érosion des parts de marché, Wendy's a embauché Brolick en septembre dernier et s'est depuis donné pour mission de relancer son activité. La poussée a rencontré un problème au début du premier trimestre, lorsque la société a déclaré que son marketing "Vous savez quand c'est réel" n'a pas résonné aussi fortement que ses concurrents et que les ventes ont été plus faibles que prévu. La société a promis à l'époque de faire des ajustements.

Au cours du dernier trimestre, Wendy's a déclaré que sa nouvelle campagne publicitaire à deux volets avait contribué à stimuler les ventes. Les publicités télévisées mettent en vedette une jeune femme rousse appelée en interne dans l'entreprise sous le nom de « Red », qui encourage les clients à découvrir les aliments d'une qualité surprenante chez Wendy's.

D'autres publicités mettant en vedette la vraie Wendy Thomas, la fille du fondateur Dave Thomas, visent à souligner les racines de l'entreprise et sont diffusées moins fréquemment.

Citant ses performances de ventes au deuxième trimestre, Wendy's a maintenu ses perspectives pour l'année, avec un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ou EBITDA, des activités poursuivies allant de 320 millions de dollars à 335 millions de dollars. Wendy's a déclaré qu'elle visait toujours un taux de croissance moyen de l'EBITDA ajusté dans la fourchette haute à un chiffre à basse à deux chiffres à partir de l'année prochaine.

La société a déclaré qu'elle s'attend à ce que les coûts du bœuf diminuent pour le reste de l'année, en raison de la sécheresse qui a fait grimper les prix des céréales et incité les agriculteurs à vendre le bétail qu'ils ne peuvent plus se permettre de nourrir.

Après cela, cependant, Wendy's s'attend à ce que les coûts du bœuf rebondissent et continuent de faire pression sur les marges. Le bœuf et le poulet représentent chacun environ 20 pour cent des coûts des produits de base de l'entreprise.

Pour le trimestre, Wendy's a déclaré avoir perdu de l'argent en raison des coûts de refinancement de sa dette et des charges de dépréciation liées à la consolidation de son activité de soutien à la restauration.

Pour les trois mois clos le 1er juillet, Wendy's a déclaré avoir perdu 5,5 millions de dollars, soit un centime par action. Cela se compare à un bénéfice de 11,3 millions de dollars, ou 3 cents par action, il y a un an.

Hors éléments ponctuels, Wendy's a gagné 5 cents par action, conformément aux attentes.

Le chiffre d'affaires a atteint 645,9 millions de dollars, en hausse de 4 % par rapport à il y a un an, mais en deçà des 647,9 millions de dollars attendus par les analystes.

La marge bénéficiaire des restaurants exploités par l'entreprise au cours du trimestre s'est améliorée à 14,1 pour cent, contre 13,9 pour cent, en raison de ventes plus élevées et de la vente d'articles plus rentables. L'augmentation a été compensée par des coûts de main-d'œuvre plus élevés, résultat de ses efforts pour améliorer le service à la clientèle.

Les actions de Wendy étaient stables à 4,54 $ en début d'après-midi. L'entreprise compte plus de 6 500 restaurants, principalement en Amérique du Nord.


La poussée de transformation de Wendy commence à prendre racine

DOSSIER - Cette photo d'archive non datée fournie par Wendy's Co. montre l'intérieur d'un restaurant rénové. La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs. La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée. Wendy's Co., Dossier, Associated Press

NEW YORK — La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs.

La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée.

Les ventes dans les restaurants ouverts au moins 15 mois sont un indicateur clé car elles éliminent l'impact des emplacements nouvellement ouverts et fermés.

Wendy's a déclaré que l'augmentation était due à l'augmentation des dépenses par visite, ce qui est conforme à son objectif à long terme d'inciter les clients à payer plus pour des aliments de meilleure qualité. Mais les dirigeants ont noté lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la société avait encore un long chemin à parcourir. Les efforts de redressement interviennent également à un moment où la concurrence s'intensifie et où l'économie reste faible.

Pour se présenter comme une chaîne de restauration rapide plus haut de gamme, Wendy's investit massivement pour donner à ses restaurants un aspect plus frais. Au cours des trois prochaines années, la moitié des emplacements appartenant à l'entreprise seront rénovés avec un nouveau style aéré qui comprend des fauteuils en cuir, des téléviseurs à écran plat et des reflets métalliques.

Le PDG Emil Brolick a déclaré que les rénovations - qui coûteront 80 millions de dollars cette année - sont essentielles car elles "améliorent toutes les dimensions de l'expérience Wendy's". Il a noté que les restaurants qui ont été rénovés l'année dernière ont bénéficié d'une augmentation de 25 pour cent des ventes.

Pour justifier ses prix plus élevés et fidéliser, Wendy's travaille également à l'amélioration du service client. De plus, Brolick a noté que la chaîne devra proposer un pipeline constant d'offres attrayantes à durée limitée pour fidéliser les clients.

Après des années de ventes médiocres et d'érosion des parts de marché, Wendy's a embauché Brolick en septembre dernier et s'est depuis donné pour mission de relancer son activité. La poussée a rencontré un problème au début du premier trimestre, lorsque la société a déclaré que son marketing "Vous savez quand c'est réel" n'a pas résonné aussi fortement que ses concurrents et que les ventes ont été plus faibles que prévu. La société a promis à l'époque de faire des ajustements.

Au cours du dernier trimestre, Wendy's a déclaré que sa nouvelle campagne publicitaire à deux volets avait contribué à stimuler les ventes. Les publicités télévisées mettent en vedette une jeune femme rousse appelée en interne dans l'entreprise sous le nom de « Red », qui encourage les clients à découvrir les aliments étonnamment de haute qualité chez Wendy's.

D'autres publicités mettant en vedette la vraie Wendy Thomas, la fille du fondateur Dave Thomas, visent à souligner les racines de l'entreprise et sont diffusées moins fréquemment.

Citant ses performances de ventes au deuxième trimestre, Wendy's a maintenu ses perspectives pour l'année, avec un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ou BAIIA, des activités poursuivies allant de 320 millions de dollars à 335 millions de dollars. Wendy's a déclaré qu'elle visait toujours un taux de croissance moyen de l'EBITDA ajusté dans la fourchette haute à un chiffre à basse à deux chiffres à partir de l'année prochaine.

La société a déclaré qu'elle s'attend à ce que les coûts du bœuf diminuent pour le reste de l'année, en raison de la sécheresse qui a fait grimper les prix des céréales et incité les agriculteurs à vendre le bétail qu'ils ne peuvent plus se permettre de nourrir.

Après cela, cependant, Wendy's s'attend à ce que les coûts du bœuf rebondissent et continuent de faire pression sur les marges. Le bœuf et le poulet représentent chacun environ 20 pour cent des coûts des produits de base de l'entreprise.

Pour le trimestre, Wendy's a déclaré avoir perdu de l'argent en raison des coûts de refinancement de sa dette et des charges de dépréciation liées à la consolidation de son activité de soutien à la restauration.

Pour les trois mois clos le 1er juillet, Wendy's a déclaré avoir perdu 5,5 millions de dollars, soit un centime par action. Cela se compare à un bénéfice de 11,3 millions de dollars, ou 3 cents par action, il y a un an.

Hors éléments ponctuels, Wendy's a gagné 5 cents par action, conformément aux attentes.

Le chiffre d'affaires a atteint 645,9 millions de dollars, en hausse de 4 % par rapport à il y a un an, mais en deçà des 647,9 millions de dollars attendus par les analystes.

La marge bénéficiaire des restaurants exploités par l'entreprise au cours du trimestre s'est améliorée à 14,1 pour cent, contre 13,9 pour cent, en raison de ventes plus élevées et de la vente d'articles plus rentables. L'augmentation a été compensée par des coûts de main-d'œuvre plus élevés, résultat de ses efforts pour améliorer le service à la clientèle.

Les actions de Wendy étaient stables à 4,54 $ en début d'après-midi. L'entreprise compte plus de 6 500 restaurants, principalement en Amérique du Nord.


La poussée de transformation de Wendy commence à prendre racine

DOSSIER - Cette photo d'archive non datée fournie par Wendy's Co. montre l'intérieur d'un restaurant rénové. La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs. La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée. Wendy's Co., Dossier, Associated Press

NEW YORK – La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs.

La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée.

Les ventes dans les restaurants ouverts au moins 15 mois sont un indicateur clé car elles éliminent l'impact des emplacements nouvellement ouverts et fermés.

Wendy's a déclaré que l'augmentation était due à l'augmentation des dépenses par visite, ce qui est conforme à son objectif à long terme d'inciter les clients à payer plus pour des aliments de meilleure qualité. Mais les dirigeants ont noté lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la société avait encore un long chemin à parcourir. Les efforts de redressement interviennent également à un moment où la concurrence s'intensifie et où l'économie reste faible.

Pour se présenter comme une chaîne de restauration rapide plus haut de gamme, Wendy's investit massivement pour donner à ses restaurants un aspect plus frais. Au cours des trois prochaines années, la moitié des emplacements appartenant à l'entreprise seront rénovés avec un nouveau style aéré qui comprend des fauteuils en cuir, des téléviseurs à écran plat et des reflets métalliques.

Le PDG Emil Brolick a déclaré que les rénovations - qui coûteront 80 millions de dollars cette année - sont essentielles car elles "améliorent toutes les dimensions de l'expérience Wendy's". Il a noté que les restaurants qui ont été rénovés l'année dernière ont bénéficié d'une augmentation de 25 pour cent des ventes.

Pour justifier ses prix plus élevés et fidéliser, Wendy's travaille également à l'amélioration du service client. De plus, Brolick a noté que la chaîne devra proposer un pipeline constant d'offres attrayantes à durée limitée pour fidéliser les clients.

Après des années de ventes médiocres et d'érosion des parts de marché, Wendy's a embauché Brolick en septembre dernier et s'est depuis donné pour mission de relancer son activité. La poussée a rencontré un problème au début du premier trimestre, lorsque la société a déclaré que son marketing "Vous savez quand c'est réel" n'a pas résonné aussi fortement que ses concurrents et que les ventes ont été plus faibles que prévu. La société a promis à l'époque de faire des ajustements.

Au cours du dernier trimestre, Wendy's a déclaré que sa nouvelle campagne publicitaire à deux volets avait contribué à stimuler les ventes. Les publicités télévisées mettent en vedette une jeune femme rousse appelée en interne dans l'entreprise sous le nom de « Red », qui encourage les clients à découvrir les aliments étonnamment de haute qualité chez Wendy's.

D'autres publicités mettant en vedette la vraie Wendy Thomas, la fille du fondateur Dave Thomas, visent à souligner les racines de l'entreprise et sont diffusées moins fréquemment.

Citant ses performances de ventes au deuxième trimestre, Wendy's a maintenu ses perspectives pour l'année, avec un bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ou EBITDA, des activités poursuivies allant de 320 millions de dollars à 335 millions de dollars. Wendy's a déclaré qu'elle visait toujours un taux de croissance moyen de l'EBITDA ajusté dans la fourchette haute à un chiffre à faible à deux chiffres à partir de l'année prochaine.

La société a déclaré qu'elle s'attend à ce que les coûts du bœuf diminuent pour le reste de l'année, en raison de la sécheresse qui a fait grimper les prix des céréales et incité les agriculteurs à vendre le bétail qu'ils ne peuvent plus se permettre de nourrir.

Après cela, cependant, Wendy's s'attend à ce que les coûts du bœuf rebondissent et continuent de faire pression sur les marges. Le bœuf et le poulet représentent chacun environ 20 pour cent des coûts des produits de base de l'entreprise.

Pour le trimestre, Wendy's a déclaré avoir perdu de l'argent en raison des coûts de refinancement de sa dette et des charges de dépréciation liées à la consolidation de son activité de soutien à la restauration.

Pour les trois mois clos le 1er juillet, Wendy's a déclaré avoir perdu 5,5 millions de dollars, soit un centime par action. Cela se compare à un bénéfice de 11,3 millions de dollars, ou 3 cents par action, il y a un an.

Hors éléments ponctuels, Wendy's a gagné 5 cents par action, conformément aux attentes.

Le chiffre d'affaires a atteint 645,9 millions de dollars, en hausse de 4 % par rapport à il y a un an, mais en deçà des 647,9 millions de dollars attendus par les analystes.

La marge bénéficiaire des restaurants exploités par l'entreprise au cours du trimestre s'est améliorée à 14,1 pour cent, contre 13,9 pour cent, en raison de ventes plus élevées et de la vente d'articles plus rentables. L'augmentation a été compensée par des coûts de main-d'œuvre plus élevés, résultat de ses efforts pour améliorer le service à la clientèle.

Les actions de Wendy étaient stables à 4,54 $ en début d'après-midi. L'entreprise compte plus de 6 500 restaurants, principalement en Amérique du Nord.


La poussée de transformation de Wendy commence à prendre racine

DOSSIER - Cette photo d'archive non datée fournie par Wendy's Co. montre l'intérieur d'un restaurant rénové. La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs. La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée. Wendy's Co., Dossier, Associated Press

NEW YORK — La volonté de Wendy's Co. de se transformer en une chaîne de hamburgers haut de gamme montre des signes précurseurs.

La société de restauration rapide basée à Dublin, dans l'Ohio, a déclaré qu'un chiffre d'affaires clé avait augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, aidé par des restaurants rénovés, de nouveaux éléments de menu tels que le sandwich Spicy Guacamole Chicken Club et une nouvelle campagne publicitaire télévisée.

Les ventes dans les restaurants ouverts au moins 15 mois sont un indicateur clé car elles éliminent l'impact des emplacements nouvellement ouverts et fermés.

Wendy's a déclaré que l'augmentation était due à l'augmentation des dépenses par visite, ce qui est conforme à son objectif à long terme d'inciter les clients à payer plus pour des aliments de meilleure qualité. Mais les dirigeants ont noté lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs que la société avait encore un long chemin à parcourir. Les efforts de redressement interviennent également à un moment où la concurrence s'intensifie et où l'économie reste faible.

Pour se présenter comme une chaîne de restauration rapide plus haut de gamme, Wendy's investit massivement pour donner à ses restaurants un aspect plus frais. Au cours des trois prochaines années, la moitié des emplacements appartenant à l'entreprise seront rénovés avec un nouveau style aéré qui comprend des fauteuils en cuir, des téléviseurs à écran plat et des reflets métalliques.

Le PDG Emil Brolick a déclaré que les rénovations - qui coûteront 80 millions de dollars cette année - sont essentielles car elles "améliorent toutes les dimensions de l'expérience Wendy's". Il a noté que les restaurants qui ont été rénovés l'année dernière ont bénéficié d'une augmentation de 25 pour cent des ventes.

Pour justifier ses prix plus élevés et fidéliser, Wendy's travaille également à l'amélioration du service client. De plus, Brolick a noté que la chaîne devra proposer un pipeline constant d'offres attrayantes à durée limitée pour fidéliser les clients.

Après des années de ventes médiocres et d'érosion des parts de marché, Wendy's a embauché Brolick en septembre dernier et s'est depuis donné pour mission de relancer son activité. La poussée a rencontré un problème au début du premier trimestre, lorsque la société a déclaré que son marketing "Vous savez quand c'est réel" n'a pas résonné aussi fortement que ses concurrents et que les ventes ont été plus faibles que prévu. La société a promis à l'époque de faire des ajustements.

Au cours du dernier trimestre, Wendy's a déclaré que sa nouvelle campagne publicitaire à deux volets avait contribué à stimuler les ventes. Les publicités télévisées mettent en vedette une jeune femme rousse appelée en interne à l'entreprise sous le nom de « Red », qui encourage les clients à découvrir les aliments étonnamment de haute qualité chez Wendy's.

Other ads featuring the real Wendy Thomas, the daughter of founder Dave Thomas, are intended to underscore the company's roots and run less frequently.

Citing its second-quarter sales performance, Wendy's stood by its outlook for the year, with adjusted earnings before interest, taxes, depreciation and amortization costs, or EBITDA, from continuing operations to range from $320 million to $335 million. Wendy's said it still targets an average adjusted EBITDA growth rate in the high-single-digit to low double-digit range starting next year.

The company said it expects beef costs to ease for the rest of the year, as a result of the drought that has pushed up grain prices and prompted farmers to sell off cattle they can no longer afford to feed.

After that, however, Wendy's expects beef costs to rebound and continue pressuring margins. Beef and chicken each make up about 20 percent of the company's commodity costs.

For the quarter, Wendy's said it lost money because of costs to refinance its debt and impairment charges related to the consolidation of its restaurant support business.

For the three months ended July 1, Wendy's says it lost $5.5 million, or a penny per share. That compares with a profit of $11.3 million, or 3 cents per share, a year ago.

Excluding one-time items, Wendy's earned 5 cents per share, in line with expectations.

Revenue rose to $645.9 million, up 4 percent from a year ago but shy of the $647.9 million analysts expected.

The profit margin of company-operated restaurants during the quarter improved to 14.1 percent, from 13.9 percent, as a result of higher sales and selling more profitable items. The increase was offset by higher labor costs, the result of its efforts to improve customer service.

Wendy's shares were flat at $4.54 in early afternoon trading. The company has more than 6,500 restaurants, mostly in North America.


Wendy's transformation push starts to take hold

FILE - This undated file photo provided by Wendy's Co. shows the interior of a remodeled restaurant. The Wendy's Co.’s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold. The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by remodeled restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign. Wendy's Co., File, Associated Press

NEW YORK — The Wendy's Co.'s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold.

The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by renovated restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign.

Sales at restaurants open at least 15 months is a key gauge because it strips out the impact of newly opened and closed locations.

Wendy's said the boost was driven by increased spending per visit, which is in line with its long-term goal of enticing customers to pay more for higher-quality food. But executives noted in a conference call with investors that the company still has a long road ahead. The turnaround efforts also come at a time when competition is intensifying and the economy remains weak.

To cast itself as a more premium fast-food chain, Wendy's is investing heavily to give its restaurants a fresher look. In the next three years, half of its company-owned locations will be remodeled with an airy new style that features leather chairs, flat-screen TVs and metallic highlights.

CEO Emil Brolick said the renovations — which will cost $80 million this year — are critical because they "enhance all dimensions of the Wendy's experience." He noted that restaurants that were renovated last year enjoyed a 25 percent increase in sales.

To justify its higher prices and build loyalty, Wendy's is also working to improve customer service. Additionally, Brolick noted the chain will need to offer a steady pipeline of compelling limited-time offers to keep customers coming back.

After years of lackluster sales and eroding market share, Wendy's hired Brolick last September and has since been on a mission to revive its business. The push hit an early snag in the first quarter, when the company said its "You Know When It's Real" marketing didn't resonate as strongly as its competitors and sales came in weaker than expected. The company vowed at the time to make adjustments.

In the latest quarter, Wendy's said its new two-pronged ad campaign helped drive sales. The TV ads feature a young, red-headed woman referred to internally at the company as "Red," who encourages customers to discover the surprisingly high-quality foods at Wendy's.

Other ads featuring the real Wendy Thomas, the daughter of founder Dave Thomas, are intended to underscore the company's roots and run less frequently.

Citing its second-quarter sales performance, Wendy's stood by its outlook for the year, with adjusted earnings before interest, taxes, depreciation and amortization costs, or EBITDA, from continuing operations to range from $320 million to $335 million. Wendy's said it still targets an average adjusted EBITDA growth rate in the high-single-digit to low double-digit range starting next year.

The company said it expects beef costs to ease for the rest of the year, as a result of the drought that has pushed up grain prices and prompted farmers to sell off cattle they can no longer afford to feed.

After that, however, Wendy's expects beef costs to rebound and continue pressuring margins. Beef and chicken each make up about 20 percent of the company's commodity costs.

For the quarter, Wendy's said it lost money because of costs to refinance its debt and impairment charges related to the consolidation of its restaurant support business.

For the three months ended July 1, Wendy's says it lost $5.5 million, or a penny per share. That compares with a profit of $11.3 million, or 3 cents per share, a year ago.

Excluding one-time items, Wendy's earned 5 cents per share, in line with expectations.

Revenue rose to $645.9 million, up 4 percent from a year ago but shy of the $647.9 million analysts expected.

The profit margin of company-operated restaurants during the quarter improved to 14.1 percent, from 13.9 percent, as a result of higher sales and selling more profitable items. The increase was offset by higher labor costs, the result of its efforts to improve customer service.

Wendy's shares were flat at $4.54 in early afternoon trading. The company has more than 6,500 restaurants, mostly in North America.


Wendy's transformation push starts to take hold

FILE - This undated file photo provided by Wendy's Co. shows the interior of a remodeled restaurant. The Wendy's Co.’s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold. The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by remodeled restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign. Wendy's Co., File, Associated Press

NEW YORK — The Wendy's Co.'s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold.

The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by renovated restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign.

Sales at restaurants open at least 15 months is a key gauge because it strips out the impact of newly opened and closed locations.

Wendy's said the boost was driven by increased spending per visit, which is in line with its long-term goal of enticing customers to pay more for higher-quality food. But executives noted in a conference call with investors that the company still has a long road ahead. The turnaround efforts also come at a time when competition is intensifying and the economy remains weak.

To cast itself as a more premium fast-food chain, Wendy's is investing heavily to give its restaurants a fresher look. In the next three years, half of its company-owned locations will be remodeled with an airy new style that features leather chairs, flat-screen TVs and metallic highlights.

CEO Emil Brolick said the renovations — which will cost $80 million this year — are critical because they "enhance all dimensions of the Wendy's experience." He noted that restaurants that were renovated last year enjoyed a 25 percent increase in sales.

To justify its higher prices and build loyalty, Wendy's is also working to improve customer service. Additionally, Brolick noted the chain will need to offer a steady pipeline of compelling limited-time offers to keep customers coming back.

After years of lackluster sales and eroding market share, Wendy's hired Brolick last September and has since been on a mission to revive its business. The push hit an early snag in the first quarter, when the company said its "You Know When It's Real" marketing didn't resonate as strongly as its competitors and sales came in weaker than expected. The company vowed at the time to make adjustments.

In the latest quarter, Wendy's said its new two-pronged ad campaign helped drive sales. The TV ads feature a young, red-headed woman referred to internally at the company as "Red," who encourages customers to discover the surprisingly high-quality foods at Wendy's.

Other ads featuring the real Wendy Thomas, the daughter of founder Dave Thomas, are intended to underscore the company's roots and run less frequently.

Citing its second-quarter sales performance, Wendy's stood by its outlook for the year, with adjusted earnings before interest, taxes, depreciation and amortization costs, or EBITDA, from continuing operations to range from $320 million to $335 million. Wendy's said it still targets an average adjusted EBITDA growth rate in the high-single-digit to low double-digit range starting next year.

The company said it expects beef costs to ease for the rest of the year, as a result of the drought that has pushed up grain prices and prompted farmers to sell off cattle they can no longer afford to feed.

After that, however, Wendy's expects beef costs to rebound and continue pressuring margins. Beef and chicken each make up about 20 percent of the company's commodity costs.

For the quarter, Wendy's said it lost money because of costs to refinance its debt and impairment charges related to the consolidation of its restaurant support business.

For the three months ended July 1, Wendy's says it lost $5.5 million, or a penny per share. That compares with a profit of $11.3 million, or 3 cents per share, a year ago.

Excluding one-time items, Wendy's earned 5 cents per share, in line with expectations.

Revenue rose to $645.9 million, up 4 percent from a year ago but shy of the $647.9 million analysts expected.

The profit margin of company-operated restaurants during the quarter improved to 14.1 percent, from 13.9 percent, as a result of higher sales and selling more profitable items. The increase was offset by higher labor costs, the result of its efforts to improve customer service.

Wendy's shares were flat at $4.54 in early afternoon trading. The company has more than 6,500 restaurants, mostly in North America.


Wendy's transformation push starts to take hold

FILE - This undated file photo provided by Wendy's Co. shows the interior of a remodeled restaurant. The Wendy's Co.’s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold. The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by remodeled restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign. Wendy's Co., File, Associated Press

NEW YORK — The Wendy's Co.'s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold.

The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by renovated restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign.

Sales at restaurants open at least 15 months is a key gauge because it strips out the impact of newly opened and closed locations.

Wendy's said the boost was driven by increased spending per visit, which is in line with its long-term goal of enticing customers to pay more for higher-quality food. But executives noted in a conference call with investors that the company still has a long road ahead. The turnaround efforts also come at a time when competition is intensifying and the economy remains weak.

To cast itself as a more premium fast-food chain, Wendy's is investing heavily to give its restaurants a fresher look. In the next three years, half of its company-owned locations will be remodeled with an airy new style that features leather chairs, flat-screen TVs and metallic highlights.

CEO Emil Brolick said the renovations — which will cost $80 million this year — are critical because they "enhance all dimensions of the Wendy's experience." He noted that restaurants that were renovated last year enjoyed a 25 percent increase in sales.

To justify its higher prices and build loyalty, Wendy's is also working to improve customer service. Additionally, Brolick noted the chain will need to offer a steady pipeline of compelling limited-time offers to keep customers coming back.

After years of lackluster sales and eroding market share, Wendy's hired Brolick last September and has since been on a mission to revive its business. The push hit an early snag in the first quarter, when the company said its "You Know When It's Real" marketing didn't resonate as strongly as its competitors and sales came in weaker than expected. The company vowed at the time to make adjustments.

In the latest quarter, Wendy's said its new two-pronged ad campaign helped drive sales. The TV ads feature a young, red-headed woman referred to internally at the company as "Red," who encourages customers to discover the surprisingly high-quality foods at Wendy's.

Other ads featuring the real Wendy Thomas, the daughter of founder Dave Thomas, are intended to underscore the company's roots and run less frequently.

Citing its second-quarter sales performance, Wendy's stood by its outlook for the year, with adjusted earnings before interest, taxes, depreciation and amortization costs, or EBITDA, from continuing operations to range from $320 million to $335 million. Wendy's said it still targets an average adjusted EBITDA growth rate in the high-single-digit to low double-digit range starting next year.

The company said it expects beef costs to ease for the rest of the year, as a result of the drought that has pushed up grain prices and prompted farmers to sell off cattle they can no longer afford to feed.

After that, however, Wendy's expects beef costs to rebound and continue pressuring margins. Beef and chicken each make up about 20 percent of the company's commodity costs.

For the quarter, Wendy's said it lost money because of costs to refinance its debt and impairment charges related to the consolidation of its restaurant support business.

For the three months ended July 1, Wendy's says it lost $5.5 million, or a penny per share. That compares with a profit of $11.3 million, or 3 cents per share, a year ago.

Excluding one-time items, Wendy's earned 5 cents per share, in line with expectations.

Revenue rose to $645.9 million, up 4 percent from a year ago but shy of the $647.9 million analysts expected.

The profit margin of company-operated restaurants during the quarter improved to 14.1 percent, from 13.9 percent, as a result of higher sales and selling more profitable items. The increase was offset by higher labor costs, the result of its efforts to improve customer service.

Wendy's shares were flat at $4.54 in early afternoon trading. The company has more than 6,500 restaurants, mostly in North America.


Wendy's transformation push starts to take hold

FILE - This undated file photo provided by Wendy's Co. shows the interior of a remodeled restaurant. The Wendy's Co.’s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold. The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by remodeled restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign. Wendy's Co., File, Associated Press

NEW YORK — The Wendy's Co.'s push to transform itself as a higher-end hamburger chain is showing early signs of taking hold.

The Dublin, Ohio-based fast food company says a key sales figure rose 3.2 percent in the second quarter, helped by renovated restaurants, new menu items such the Spicy Guacamole Chicken Club sandwich and a new TV ad campaign.

Sales at restaurants open at least 15 months is a key gauge because it strips out the impact of newly opened and closed locations.

Wendy's said the boost was driven by increased spending per visit, which is in line with its long-term goal of enticing customers to pay more for higher-quality food. But executives noted in a conference call with investors that the company still has a long road ahead. The turnaround efforts also come at a time when competition is intensifying and the economy remains weak.

To cast itself as a more premium fast-food chain, Wendy's is investing heavily to give its restaurants a fresher look. In the next three years, half of its company-owned locations will be remodeled with an airy new style that features leather chairs, flat-screen TVs and metallic highlights.

CEO Emil Brolick said the renovations — which will cost $80 million this year — are critical because they "enhance all dimensions of the Wendy's experience." He noted that restaurants that were renovated last year enjoyed a 25 percent increase in sales.

To justify its higher prices and build loyalty, Wendy's is also working to improve customer service. Additionally, Brolick noted the chain will need to offer a steady pipeline of compelling limited-time offers to keep customers coming back.

After years of lackluster sales and eroding market share, Wendy's hired Brolick last September and has since been on a mission to revive its business. The push hit an early snag in the first quarter, when the company said its "You Know When It's Real" marketing didn't resonate as strongly as its competitors and sales came in weaker than expected. The company vowed at the time to make adjustments.

In the latest quarter, Wendy's said its new two-pronged ad campaign helped drive sales. The TV ads feature a young, red-headed woman referred to internally at the company as "Red," who encourages customers to discover the surprisingly high-quality foods at Wendy's.

Other ads featuring the real Wendy Thomas, the daughter of founder Dave Thomas, are intended to underscore the company's roots and run less frequently.

Citing its second-quarter sales performance, Wendy's stood by its outlook for the year, with adjusted earnings before interest, taxes, depreciation and amortization costs, or EBITDA, from continuing operations to range from $320 million to $335 million. Wendy's said it still targets an average adjusted EBITDA growth rate in the high-single-digit to low double-digit range starting next year.

The company said it expects beef costs to ease for the rest of the year, as a result of the drought that has pushed up grain prices and prompted farmers to sell off cattle they can no longer afford to feed.

After that, however, Wendy's expects beef costs to rebound and continue pressuring margins. Beef and chicken each make up about 20 percent of the company's commodity costs.

For the quarter, Wendy's said it lost money because of costs to refinance its debt and impairment charges related to the consolidation of its restaurant support business.

For the three months ended July 1, Wendy's says it lost $5.5 million, or a penny per share. That compares with a profit of $11.3 million, or 3 cents per share, a year ago.

Excluding one-time items, Wendy's earned 5 cents per share, in line with expectations.

Revenue rose to $645.9 million, up 4 percent from a year ago but shy of the $647.9 million analysts expected.

The profit margin of company-operated restaurants during the quarter improved to 14.1 percent, from 13.9 percent, as a result of higher sales and selling more profitable items. The increase was offset by higher labor costs, the result of its efforts to improve customer service.

Wendy's shares were flat at $4.54 in early afternoon trading. The company has more than 6,500 restaurants, mostly in North America.


Voir la vidéo: Wendys closed after fire (Janvier 2022).